vendredi 12 avril 2019

Un citoyen européen peut voter en France




 Vote
Un citoyen européen qui habite en France peut voter en France pour les élections européennes et les élections municipales uniquement.
Pour avoir le droit de voter, il doit remplir les conditions suivantes :
  • être âgé d'au moins 18 ans le jour de la demande d'inscription sur une liste électorale française,
  • et habiter en France,
  • et être ressortissant d'un pays de l'Union européenne,
  • et jouir de ses droits civils et politiques.
Se munir des versions numérisées des documents suivants :
  • Pièce d'identité en cours de validité : carte nationale d'identité ou passeport ou titre de séjour
  • Justificatif de domicile
Pour pouvoir voter, il doit demander à être inscrit sur les listes électorales complémentaires de la commune où il réside en France. (Une liste dédiée aux citoyens non français pour les européennes et une autre liste pour les municipales)

Il peut s'inscrire sur la liste électorale pour les élections municipales. Jusqu’au 31 décembre 2019.
L'électeur européen reçoit une carte électorale d'un modèle particulier, valable seulement pour les élections municipales et/ou européennes.
Le vote se déroule dans les mêmes conditions que pour un électeur français.


Il est possible de s'inscrire sur les listes électorales en 2019 et de voter en 2019. Pour voter aux élections européennes du 26 mai 2019, il est possible de s'inscrire sur les listes électorales (communales ou consulaires) jusqu'au 31 mars 2019. Ce délai est repoussé au 16 mai 2019 dans certains cas seulement (Français atteignant 18 ans, déménagement, acquisition de la nationalité française, droit de vote recouvré).


Procuration

 Vous êtes absent le 26 mai 2019 pour les élections européennes ? Pour les élections européennes comme pour tout autre scrutin en France (y compris les référendums), un électeur absent le jour même (mandant) peut voter par procuration.
Il confie ainsi son droit de vote à un autre électeur (mandataire), qu'il a lui-même choisi et qui doit voter selon les consignes qu'il lui a données.

Le mandataire doit être inscrit sur les listes électorales de la même commune que le mandant, mais pas forcément être électeur du même bureau de vote, ni du même arrondissement.

Seuls les citoyens européens peuvent être désignés comme mandataires pour les élections européennes.



Crédit photo AMAP de Villepreux



 S’inscrire à l’AMAP de Villepreux pour manger bio et local !

Le maraicher, Clément Bénil, a prévu d'augmenter le nombre de paniers livrables lors des distributions d'ici fin avril/début mai. Malgré la liste d'attente, le quota d'adhésion maximal n'est pas encore atteint. Il reste encore des paniers disponibles. Inscrivez-vous ici
Inscription AMAP
Petite VIDEO AMAP de VIllepreux


dimanche 7 avril 2019

Compte rendu du conseil municipal du 26 mars 2019




Peu de questions à l'ordre du jour : vote du budget 2019 avec quelques mots sur le coût de la restructuration de la cuisine centrale.

Adhésion à un groupement de commandes permanent mis en place par la communauté d'agglomération.

Dénomination des nouvelles voies des hauts du moulin II – quand nos élus de la majorité s'amusent au Monopoly ou manque de culture : les nouvelles rues porteront le nom de grandes artères de Paris, une occasion manquée de réunir la commission culture-

Enfin désaffectation et déclassement du gymnase du Trianon, pas un mot sur le projet, les promesses de ventes antérieures sont caduques, SQY devrait reprendre le dossier. À suivre.

Quand au rapport d'activités de la Communauté d'agglomération de 2017 approuvé en décembre 2018, il n'en a pas été question et pourtant la loi, mais que dit-on, fait obligation au maire de communiquer sur ce rapport en conseil municipal.

                        Le budget de la ville en quelques chiffres 

Les dépenses de fonctionnement s'élèvent à 8 892 121 € légère augmentation qui intègre une cuisine provisoire le temps de la restructuration de la cuisine centrale actuelle, qui sera montée dans la cour du groupe scolaire Jean de la Fontaine ( 393 000)

Quelques chiffres : administration générale 2 893 500 €
- sécurité 333 560€
- enseignement 2 370 304€ dont restauration scolaire
- culture 83 134€ parent pauvre, notre commune dispose pourtant d'un théâtre et d'un conseiller municipal délégué ! Ne peut-on s'appuyer davantage sur SQY ?
- sport jeunesse 1 795 638€ - sport- centre de loisirs-
- interventions sociales 104 396€
- famille 563 229€ - crèche multi accueil
- service urbain environnement 808 460€
Autres dépenses : contribution à divers fonds de péréquation : 1 290 000€

Les recettes de fonctionnement qui couvrent ces dépenses sont essentiellement :
-       les impôts ménages 6.670 000 €
- la dotation forfaitaire versée par l’Etat : 1 068 790€
- le produit des services payés par les usagers :
- restauration :620 000€  pour une dépense de 970 000€, centres de loisirs : 710 000€ pour une dépense de 1 180 557€
soit plus de 60%.

En investissement
  En cours de travaux un groupe scolaire de 16 classes avec centre de loisirs : annoncé à 10 600 000€ et la restructuration de la cuisine centrale 2 500 000€, voirie communale 2 916 000€.
Le coût du gymnase enfin achevé s'élève à 6 450 000€

Les taux des impôts locaux sont maintenus au niveau de l'exercice 2018.




Samedi 6 Avril le stand de Nous voulons des Coquelicots-Troc aux plantes  pour demander l'interdiction totale des pesticides a eu beaucoup de succès, pestiquiz permettant de gagner des plantes, distribution de cocottes aux enfants sur le thème des animaux du jardin , chants et musique, collation...

Article de 78 l'ACTU







jeudi 4 avril 2019

Stand Nous Voulons Des Coquelicots et troc aux plantes samedi 6 Avril à Villepreux


Nous vous accueillerons samedi 6 Avril de 10h à 12h30  pour signer l’appel afin de demander l’interdiction totale des pesticides.
Troc aux plantes, animation musicale...
Marché de Villepreux, à coté du Carrefour City, Place Jacques Riboud


 Les engrais et les pesticides créés comme armes de guerre

Au début du XIX° siècle le chimiste allemand Justus von Liebig découvre la chimie de l’alimentation des plantes et invente les " superphosphate " : Premiers engrais chimiques.
Vers 1840 et 1870 les première usines de fabrication d’engrais azotés et potassiques ainsi que de superphosphates sont mises en place. Mais l’usage de ces engrais de synthèse reste très limité.
  En 1905, Fritz Haber, un chimiste allemand, découvrit un procédé industrialisable permettant de convertir l’azote atmosphérique en ammoniaque liquide.

 
Pendant la première guerre mondiale en 1915, il crée la première usine de production d’ammoniac, pour la fabrication d’explosifs nitrés. Il est aussi l’inventeur du Zyklon B, utilisé dans les chambres à gaz des camps nazis. Il avait d’abord été présenté comme un insecticide destiné à combattre les nuisibles des silos, les rongeurs et les insectes…



On s’aperçoit par la suite que l’herbe pousse très fortement dans les zones bombardées. A l’armistice, la production sera réorientée vers les engrais azotés qui sont peu couteux pour l’agriculture.
Les plantes cultivées ont alors un développement beaucoup plus important et les rendements doublent. Mais les « mauvaises herbes » aussi poussent plus fortement au point d’étouffer les cultures. Dans les années 40 les américains inventent les désherbants sélectifs de synthèse, les adventices sont ainsi éliminés des champs.

Comme il n’y avait plus d’adventices, que les sols sont nus dans les cultures, les maladies fongiques commencent à faire des ravages sur les cultures déséquilibrées. On invente donc les fongicides chimiques pour éliminer les micro-champignons qui font partie de la biologie du sol.
Les céréales et autres plantes de grandes cultures dopées par les engrais de synthèse ont leurs tissus mal structurés, elles ont tendance à tomber avec les intempéries. Ce phénomène s’observe souvent dans les champs de céréales, les plantes sont couchées au sol ce qui provoque de fortes pertes lors de la moisson. Donc l’agro-industrie utilise des régulateurs de croissance, appelés aussi raccourcisseurs de paille. Ce sont des hormones qui modifient la morphologie et la structure de la plante.
Comme les micro-champignons ne peuvent pas réguler les plantes hypertrophiées par les engrais de synthèse, les insectes envahissent les cultures.
Les usines qui fabriquaient des gaz de combat utilisés lors de la 1ère et la 2ème guerre mondiale sont transformées dans les années 50 en usine de production d’insecticides pour l’agriculture comme le DDT.

Voilà comment s’est développé un modèle agricole mortifère héritier des guerres.

Article du canard enchaîné du 4 Avril 19